le compostage collectif à
Saint-Philbert-de-Bouaine

Les habitants de la commune de Saint-Philbert-de-Bouaine (Vendée) ont été les premiers à mettre en place le compostage collectif de quartier en 2002. Cette expérience a été portée par l'ADEME, le Conseil Général, le Syndicat mixte Montaigu-Rocheservière, la municipalité et la commission extra-municipale Environnement, l'association ADEL, la Fédération départementale des CUMA... Ce mode de compostage est venu de Belgique, une plate-forme avec andains.

Comment cela fonctionne-t-il ?

 

Tout commence au domicile des usagers, par le tri à la source des biodéchets :  les épluchures, les restes de repas...

Les usagers disposent d'un bio seau (10l) pour recueillir leurs biodéchets dans la cuisine et/ou un bio bac (25 à 35 l) pour stocker.

Les usagers apportent leurs biodéchets en moyenne une fois par semaine, mais celle-ci est ouverte 3 fois : le mardi de 8H30 à 9H30, le jeudi de 17H à 18H, le samedi de 10H à 12H.

L'accueil sur le site de compostage est effectué par un maître ou un guide composteur, professionnel ou bénévole.

Celui-ci procède à la pesée des apports à fin de suivi du fonctionnement.

 
  Chaque apport est ainsi enregistré et l'usager reçoit un tampon sur sa carte de fidélité. C'est la démarche qui est récompensé et non le poids.

La carte de fidélité sert à répartir le compost distribué. 

L'usager se dirige ensuite vers le bio récepteur  où il vide le contenu de son bio seau ou bio bac.
L'usager dispose, à proximité du bio récepteur, de broyat de déchets verts dans des brouettes. A l'aide d'une fourche, il recouvre totalement ses déchets de cuisine par du broyat dans la proportion idéale de 2 pour 1.

Les éventuels indésirables sont aussi retirés (couverts...).

La qualité des intrants fait la réussite de la fermentation :
- des déchets de cuisine triés à la source chargés d'humidité et d'azote,
- du broyat grossier qui apporte carbone et air.

Pendant 4 à 6 mois, le maître composteur surveille les paramètres de la fermentation :
- une température élevée (65 à 75 °C),
- une humidité satisfaisante.

Une bâche textile recouvre les andains : elle empêche l'évaporation ou l'excès d'humidité.

Quand la température baisse, signe d'un manque d'air dans l'andain, le retourneur intervient pour brasser le mélange et relancer ainsi la fermentation.

Il intervient aussi dans la période de maturation pour décompacter le produit.

Les déchets verts utilisés sur la plate-forme proviennent des usagers et des espaces communaux.
Les déchets verts sont broyés périodiquement par un prestataire. Le broyat est ensuite apporté sur la plate-forme.
Le troisième apport des usagers est les coquillages. Ils sont broyés avant d'être incorporés dans l'andain.

Au même titre que la cendre de bois, ces matières minérales ne participent pas au processus de fermentation mais elles donnent une richesse supplémentaire aux qualités fertilisantes du compost.

Deux fois par an, le produit fini est distribué aux usagers de la plate-forme, au prorata des tampons de la carte de fidélité.

Le compost est emporté brut avec quelques débris de bois issus du broyat, ou tamisé pour effectuer des semis et des plantations.

Cette distribution est un très grand moment festif et convivial.
La distribution est aussi l'occasion de partager le verre de l'amitié.

Autour du compostage collectif

Autour du fonctionnement de la plate-forme de compostage se sont développées diverses actions environnementales et sociales.

La création de la plate-forme de Saint-Philbert-de-Bouaine n'a été possible que grâce à la volonté des élus du Syndicat mixte Montaigu-Rocheservière, la collectivité compétente pour les déchets ménagers, et ceux de la commune.

En 2007, ils ont fêté le cinquième anniversaire du site. 

  Si la plate-forme fonctionne depuis 8 ans, c'est aussi grâce à l'implication des relais de quartier, les bénévoles qui participent à l'accueil et organisent les distributions.

Constitués en association de fait, ils possèdent un bureau qui anime le groupe et assure la liaison avec les élus. 

Les visiteurs de la plate-forme n'ont pas manqué. Les plus lointains sont venus de Taputapuatea, une commune de la Polynésie Française.   
Edith Smeesters est une biologiste, une auteure, une conférencière et une militante environnementale québécoise. Elle a fondé la Coalition pour les alternatives aux pesticides en 1999 dans le but de réunir toutes les énergies disponibles pour diminuer l'usage abusif de ces produits toxiques au Québec.

Elle a absolument voulu découvrir cette réussite environnementale.

La télévision s'y est beaucoup intéressée. Ici une équipe de journalistes de FRANCE 2 (Annie Tribouart et Édouard Bergeon) en tournage.
La radio y a réalisé des émissions. Ici Ruth Stégassy de FRANCE CULTURE pour son émission "Terre à terre".
Les visites pédagogiques pour les enfants ont permis de diffuser le message auprès des adultes.
La plate-forme concentre d'autres outils de valorisation : des colonnes pour le verre, les journaux, les magazines, les vêtements...
Comment réduire et exclure les pesticides du compost ? En travaillant en amont, auprès des jardiniers, pour des pratiques naturelles, sans pesticide.

A cet effet, un petit jardin pédagogique a été créé pour passer de l'information sur les méthodes respectueuses de la nature.

Des résultats

Les apports mensuels de biodéchets en kg

Fréquentation (nombre de dépôts)

 

Si vous souhaitez en savoir plus, venez à Saint-Philbert-de-Bouaine où les relais seront heureux de vous faire découvrir la démarche et le site.