Mutualisation de l'investissement 
dans les plates-formes de compostage de quartier

Dans la création de nouvelles plates-formes de compostage de quartier, l'un des points de blocage est le montant de l'investissement.

Celui-ci est fonction du choix du site et de la réglementation applicable à cette structure.

Selon les commodités et l'environnement du site retenu, les travaux nécessaires peuvent être très variables. Entre la réglementation applicable à un site industriel et celle du règlement sanitaire départemental normalement suffisant pour la production d'une plate-forme de quartier,  le montant varie de 25K€ à plus de 200K€. Compost Citoyen sera donc vigilant pour que le meilleur coût soit recherché pour ne pas donner prétexte à ne rien faire.

 Ce coût doit-il être supporté par les finances locales ? Le conseil d'animation n'a pas jugé cela équitable. Les outils industriels sont payés par la collectivité départementale, donc par tous les habitants ; même ceux qui produisent peu de déchets paieront autant que ceux qui ne font aucun effort. Les usagers du compostage de proximité seraient doublement pénalisés s'ils devaient également supportés seuls l'investissement pour la création de leur plate-forme.

Aussi, l'association s'est-elle adressée à Monsieur le Président du Conseil Général pour lui demander que l'investissement des plates-formes soit mutualisé comme pour les autres outils du dispositif départemental pour le traitement des déchets.

Voici la réponse de Monsieur le Président :

Après étude du courrier par TRIVALIS, voici la réponse à notre sollicitation :

 

Une délégation de Compost Citoyen s'est entretenue avec M. Jean-Claude Merceron sur ce thème, le lundi 5 février. Trivalis se retranche derrière le fait que ces installations relèvent de la compétence « Collecte des déchets » appartenant aux EPCI pour ne pas départementaliser leurs investissements.

Sauf à ce que les comités de bassin veuillent modifier cette disposition, le financement ne peut s’effectuer aujourd’hui que par ces entités. Les membres de ces comités ont été choisis par des empilages de délégations. Très éloignés de la population, ils sont quasi inatteignables...